La France entre déflation et prévision de croissance optimiste !


Je vous invite à vous procurer le dernier numéro de L’Expansion le magazine papier (cela existe encore) et dont la « une » est consacrée à la déflation européenne. Ce dossier spécial est passionnant ! Passionnant car en réalité il ne fait que conforter l’analyse que nous développons depuis plus de deux ans au sein du Contrarien Matin.

L’Europe en déflation

En gros, les pays du Sud dont la France fait évidemment partie sont en pleine déflation. Cette déflation est également provoquée par des facteurs structurels de fond comme la démographie désormais profondément déflationniste, ce qui est vrai et ce que nous répétons assez régulièrement.

Figurez-vous même que les plans de rigueur et d’austérité ne permettent pas de relancer la croissance – sans blague, quelle surprise n’est-ce pas – mais ils amplifient les aspects déflationnistes des économies les plus fragiles les faisant rentrer dans un cercle vicieux.

La suite sur Contrarien matin

Publié dans Crise, Economie | Tagué | Poster un commentaire

Jean-Michel Blanquer, groupe Essec : « L’enseignement supérieur devient un marché mondial et en très forte expansion »


Cet expert en droit constitutionnel qui fut il n’y a pas si longtemps directeur général de l’enseignement supérieur connaît assurément bien les arcanes des organisations humaines les plus efficientes, ouvertes sur ce monde qui change en capitalisant sur ses différences. Le voilà donc cet universitaire pur sucre pétri de savoirs académiques au commande de l’une des plus prestigieuses business school françaises. De celles qui tutoient régulièrement les meilleurs places des rankings internationaux. En quelques semaines où il a fait plancher la vaste communauté, souvent remuante et dynamique des profs, élèves, anciens à sur l’élaboration d’une nouvelle stratégie à déployer dans les mois à venir. Ce professeur-manager – espèce rare – va déployer à l’international son organisation et innover, coté pédagogie, grâce à des méthodes dopées par la créativité. S’appuyant sur l’Adn et les racines d’une maison fortement ancrée dans quelques valeurs classiques, il en fait les point forts pour déployer l’Essec dans le vaste monde. Comme il le détaille avec enthousiasme.

La suite dans le Nouvel Economiste

Publié dans Crise, Economie | Tagué | Poster un commentaire

La guerre des corporations continue


Puisqu’en France, c’est évident, le socialisme a fait des ravages et s’apprête à pousser définitivement le pays dans le gouffre, regardons si les mêmes recettes, appliquées ailleurs, produisent des effets différents. Pour cela, prenons l’exemple de la Belgique ; en plus, c’est pratique puisqu’un récent article de Oliver Rach sur Contrepoints nous résume très bien la situation.

Outre Quiévrain, les autorités sont, comme en France, confrontées à des problèmes similaires avec la pénétration inexorable des technologies de la communication, internet en tête, à portée de tous. En effet, tout comme en France, pays fort touristique, aux cours des récentes années la Belgique a vu se développer les offres qui permettent aux touristes de trouver une chambre à louer auprès de l’habitant pour des tarifs amicaux (voire gratuits). Des sites comme AirBnb permettent ainsi à des particuliers de s’organiser les uns avec les autres, en se passant complètement des systèmes de réservation hôtelière traditionnels.

La suite sur Contrepoints

Publié dans Crise, Economie | Tagué | Poster un commentaire

Des titres boursiers surévalués


Les titres des marchés américain et européen sont trop élevés pour leur valeur, prévient le gestionnaire d’actifs Russell Investments dans sa mise à jour économique du deuxième trimestre, publiée jeudi.

La valeur des titres des marchés établis semblait sous tension fin 2013. Avec un ratio cours/valeur (C/V) atteignant près de 2,7 et un ratio cours/bénéfice (C/B) basé sur des bénéfices révisés en fonction du cycle qui était supérieur à 20, la valeur boursière aux États-Unis a atteint des sommets inégalés depuis 2007.

La suite ici

Publié dans Crise, Economie | Tagué | Poster un commentaire

Le placement dans les obligations : l’argument en faveur de la défense


On s’attend de plus en plus à une hausse des taux aux États-Unis, disent les gestionnaires des fonds Dynamique.

Michael McHugh, vice-président et chef des titres à revenu fixe à 1832 Gestion d’actifs, dit que l’intention qu’à la Réserve fédérale américaine de s’orienter vers une politique monétaire plus normalisée signifie que les investisseurs en obligations ont toutes les raisons de demeurer défensifs.

Il avertit que « le chemin va être lent et chaotique alors que le programme d’allégement quantitatif de la Fed touche à sa fin et que l’on commence à s’attendre au bout du compte à une hausse du taux d’intérêt directeur de la Fed ».

Ce taux précurseur, dit M. McHugh, est conservé à « un niveau extrêmement faible, de zéro à 25 points de base, depuis décembre 2008 ». L’objectif de la Fed, dit-il, était d’adopter un éventail de mesures comme le maintien de taux d’intérêt faibles afin de favoriser une relance économique dans le sillage de la crise financière mondiale intervenue à l’automne 2008.

Publié dans Crise, Economie | Tagué | Poster un commentaire

Le resserrement des spreads européens se poursuit


Si les propos de plusieurs membres de la BCE pour voir l’autorité monétaire européenne mettre en place un programme de rachats d’actifs n’ont pas entrainé une détente sur la parité de l’euro qui reste au-dessus de 1,38 contre dollar, ils ont néanmoins continué de profiter aux rendements. Celui de l’OAT française à 10 ans est ainsi repassé sous le seuil des 2% pour la première fois depuis mai 2013. Le spread avec le Bund allemand à 10 ans s’est ainsi resserré de 15 points de base depuis le début de l’année pour tomber à 47 pb.

Voir l’Agefi

Publié dans Crise, Economie | Tagué | Poster un commentaire

Les marchés plébiscitent la Grèce


Après le "Grexit", place au "Greturn" ?

C’est sans doute l’évènement de ce début d’année. Non, promis, cette fois-ci on ne vous parlera pas des déboires de l’économie française. L’objectif c’est de vous faire voyager. La Grèce. Une destination qui économiquement ne laisse pas forcément rêveur ; quoique… La semaine dernière en effet, les investisseurs internationaux se sont rués sur l’émission de dette hellénique à échéance cinq ans. Le pays a ainsi levé sans aucune difficulté 3 milliards d’euros à un taux de seulement 4,95% alors même que le ministère des finances souhaitait placer 2,5 milliards à un taux de 5,30%.

La suite sur Economie Matin

Publié dans Crise, Economie | Tagué | Poster un commentaire